Bison Futé Création:
Pourquoi il est né.

Il fallait communiquer au grand public
le service que l'Etat avait mis au point.

L'agence de publicité de Daniel Robert, est consultée par la Direction de l'Equipement en la personne de Jean Poulit, polytechnicien à l'origine du système permettant d'anticiper les prévisions de trafic routier.

Le première réaction de Daniel Robert est de dire "Si c'est l'Etat qui s'exprime, ce sera tout de suite rejeté comme une punition". Car l'Etat est toujours le grand castrateur.

Il faut donc créer un personnage qui fera vivre les conseils, si éloigné de la communication gouvernementale que personne n'imaginera que c'est l'Etat castrateur qui s'exprime!

Alors commence
la création:

Daniel Robert lance un brainstorming, très à la mode à cette époque, et manie personnelle de celui-ci. Toutes sortes de personnages et animaux bouillonnent dans la pièce. Mais très vite Daniel Robert pense à un indien qui écoute les trajets des ennemis en collant son oreille sur le sol, et permet d'alerter ses troupes sur la bonne stratégie à adopter.

Reste à lui trouver un nom: Bison futé.

Un indien s'appelle forcément Bison! Mais il n'est ni agile, ni sioux, ni malin: il est fûté! Ce sera donc Bison Futé!

Il ne reste plus à Daniel Robert qu'à écrire les textes des spots radio, avec la signature exprimant le bénéfice consommateur: Ecoutez Bison Futé, et préservez vos nerfs!

Evidemment, selon la tradition des mises en compétition d'agences, plusieurs alternatives sont présentées: oiseaux etc. Mais la recommandation est claire: Bison Futé.

Jean Poulit, le client, est enthousiaste. Il sait que ce n'est pas du tout une communication traditionnelle dans le style de l'Etat, mais il a, dit-on, toujours sa lettre de démission dans son tiroir, si on l'importune. Alors c'est dit: ce sera Bison Futé.

Pour faire de bonnes campagnes, il faut de bons clients.